pourquoi il est interdit de donner de l'eau à un accidenté ?

Il est souvent recommandé, voire instinctif, de porter assistance à une personne victime d’un accident en lui offrant un verre d’eau pour la réconforter. Pourtant, saviez-vous qu’il est en réalité interdit de donner de l’eau à un accidenté? Cette directive peut sembler contre-intuitive, mais elle est fondée sur des raisons médicales et légales spécifiques. Comprendre ces raisons peut vous aider à réagir de manière appropriée en cas d’urgence et à éviter d’aggraver l’état de la victime.

Les raisons médicales de l’interdiction

La première raison pour laquelle il est interdit de donner de l’eau à une personne accidentée est d’ordre médical. Lorsqu’une personne subit une blessure grave, son corps peut réagir de différentes manières qui rendent la consommation d’eau risquée.

Le risque d’aspiration

Dans un état de choc ou lorsque la victime a des blessures internes, elle peut avoir des difficultés à déglutir correctement. Offrir de l’eau à une personne dans cet état peut entraîner une fausse route, c’est-à-dire que le liquide pourrait pénétrer dans les voies respiratoires au lieu de l’œsophage. Ceci peut provoquer une aspiration pulmonaire, une condition potentiellement mortelle.

Les blessures internes

Une autre raison cruciale est la possibilité de blessures internes, surtout au niveau de l’estomac, des intestins ou de l’œsophage. Si la victime souffre d’une hémorragie interne dans ces zones, la consommation d’eau pourrait aggraver la situation, rendre le diagnostic plus compliqué et retarder le traitement approprié.

La préparation à une intervention chirurgicale

En cas de blessures graves nécessitant une intervention chirurgicale d’urgence, il est primordial que l’estomac de la victime soit vide. La présence de liquides ou d’aliments dans l’estomac augmente le risque de complications telles que le reflux gastrique pendant l’anesthésie, ce qui peut mener à une aspiration. Pour cette raison, les secouristes professionnels recommandent généralement de ne rien donner par la bouche à une personne accidentée.

Lire  quel malus pour un premier accident ?

Les bases légales et réglementaires

Outre les considérations médicales, il existe des bases légales et réglementaires qui interdisent de donner de l’eau à une personne accidentée.

Le Code de la route et les premiers secours

Le Code de la route français et le code de bonne conduite en matière de premiers secours stipulent clairement les mesures à prendre en cas d’accident. Selon la section des premiers secours du Code de la route, il est spécifiquement indiqué de ne pas donner à manger ou à boire à une victime accidentée, sauf avis contraire des secours professionnels.

Références légales et obligations

L’article R412-42 du Code de la route impose aux conducteurs le devoir de porter secours aux personnes en danger, ce qui inclut le suivi des meilleures pratiques reconnues en matière de premiers secours. Ne pas suivre ces directives peut constituer une infraction, voire une faute en cas de détérioration de l’état de la victime due à la consommation d’eau.

Les alternatives sûres pour aider une victime

Il est crucial de savoir quoi faire dans une situation d’urgence si donner de l’eau est interdit. Voici quelques mesures de premiers secours que vous pouvez prendre pour aider efficacement une personne accidentée tout en attendent l’arrivée des secours professionnels.

Évaluer la sécurité de la scène

Avant de porter assistance à la victime, assurez-vous que la scène de l’accident est sécurisée. Protégez la victime des dangers supplémentaires comme la circulation routière en balisant la zone et en utilisant des triangles de signalisation.

Appeler les secours

Contactez immédiatement les services d’urgence (le 112 en Europe, le 15 ou le 18 en France) pour signaler l’accident. Fournissez des informations claires et précises sur la situation et suivez les instructions données par l’opérateur.

Lire  qui est en tort quand on se fait rentrer dedans ?

Assister sans risquer la déglutition

  • Évitez de donner quoi que ce soit par la bouche, y compris de l’eau.
  • Rassurez la victime en lui parlant calmement.
  • Couvrez-la avec une couverture pour éviter un choc hypothermique.

Surveiller et signaler les symptômes

  • Contrôlez les signes vitaux (respiration, pouls).
  • Recherchez les signes de détresse respiratoire ou d’hémorragie interne.
  • Notez toute évolution de l’état de la victime pour en informer les secours à leur arrivée.

Former les automobilistes et citoyens

La formation aux premiers secours est essentielle pour toute personne qui conduit ou qui peut être témoin d’un accident. Suivre une formation de secourisme certifiée permet de mieux comprendre les gestes à adopter et d’apprendre pourquoi certaines actions, comme donner de l’eau à une victime, peuvent être dangereuses.

Les programmes de formation disponibles

Il existe plusieurs organismes en France qui offrent des formations aux premiers secours, telles que la Croix-Rouge française, les Sapeurs-Pompiers ou encore la Fédération Française de Sauvetage et de Secourisme. Ces programmes couvrent diverses techniques de secourisme, de la réanimation cardiopulmonaire (RCP) à la gestion des blessures graves.

Récapitulatif des meilleures pratiques

Comprendre les raisons pour lesquelles il est interdit de donner de l’eau à un accidenté est essentiel pour impliquer des gestes de premiers secours appropriés. Voici un résumé des meilleures pratiques à suivre en cas d’accident de la route :

  • Ne donnez jamais de nourriture ni de boisson à la victime.
  • Assurez la sécurité de la scène pour prévenir de nouveaux accidents.
  • Appelez immédiatement les secours et suivez leurs instructions.
  • Rassurez et réchauffez la victime si nécessaire.
  • Surveillez les signes vitaux et préparez-vous à fournir ces informations aux premiers intervenants.
Lire  qui paye lors d'un accident responsable ?

En adoptant ces comportements, vous contribuerez non seulement à éviter l’aggravation de l’état de santé de la victime, mais vous respecterez également les réglementations en vigueur en matière de premiers secours.